Jean Loirat

Jean Loirat

aka le brocoli

Jean Loirat dans Destinations Improbables des Pickles le 11 Avril 2015

Ca m'a pas pris comme une débâcle diarrhéique; ça a cheminé petit à petit, dans une banlieue bouillonnante du sud de Paris, c'est assez flou. Tout ce dont je me souviens c'est qu'au collège l'envie fut plus pressante de monter sur les planches… enfin les estrades d'un professeur de français auprès de qui on montait 'le père noël est une ordure'. Par la suite cela ne m'a plus quitté. Quoi? Je ne sais pas. Les scènes se sont élargies, l'auditoire et le répertoire aussi: Beaumarchais, Sophocle, Brecht, Beckett…

Je ne me suis pas tellement posé de questions et j'ai passé un bac théâtre autour du jeu de masques et du clown. Là naquirent mes premières sensations improvisées. Nous avions improvisé une scène de torture burlesque de 5 min qui n'existait pas sur le papier, la metteuse en scène n'y vu que du feu. A la fac de Bordeaux, légèrement déçu par les projets des ateliers théâtre, un soir j'assistai à mon premier match d'impro. Ostie! Me revinrent des souvenirs éloquents de québecois sur une patinoire, diffusés sur la chaîne comédie.

Avatar pickles Jean

A mon arrivée à Marseille en 2008, une nouvelle fois déçu par un projet avorté dans un café théâtre, un collègue me proposa alors de venir faire un tour aux ateliers de recrutement du MITHE de Marseille au Daki Ling. Banco! L'accueil, l'esprit décontracté et imaginatif m'embarqua pour plusieurs années mithiques. Après seulement 2 ateliers on me fit confiance et on me projeta sous les voûtes de la rue d'aubagne: c'est passé comme un éclair, trop tard j'avais tapé dans le pot de miel!

Je continuais le théâtre 'classique' jusqu'il y a peu, de quoi palier aux quelques frustrations que peuvent causer l'improvisation. Hélas l'espace-temps se replie. Désormais, j'aime me prendre des rasades de thèmes éclectiques dans la folle équipe des Pickles.